Discussion:Profs2008:PageSynthetique

De Sciencinfolycee
Révision datée du 13 juillet 2010 à 14:44 par Vthierry (discussion | contributions) (a déplacé Discussion:PageSynthetique vers Discussion:Profs2008:PageSynthetique)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher

19 septembre 2008

  • Quelle est la place du hardware ?

Devrait-on ajouter une 11ème leçon pour couvrir les processeurs, multi-coeurs, processeurs embarqués, DSP, mémoire.

  • Quelle est la place des réseaux ?

Devrait-on ajouter une 12ème leçon pour couvrir les réseaux, les protocoles, IP, réseaux sans fils.

GerardBerry 22 septembre 2008 à 10:18 (UTC): Parles-tu du cours en 10 chapitres? Le hardware et les réseaux sont décrits dans le synthétique, mais sans précision. Pour le hw, je pense que tu vas bien trop dans le détail, la zoologie énumérative n'a jamais fait retenir le nom des animaux je pense... Il faut trouver quoi enseigner pour que les gens comprennent l'important, pas pour qu'ils oublient les détails je pense. Qui même chez les professionnels a besoin de savoir la différence entre un DSP et un processeur embarqué? Idem pour les réseaux, où il faudrait quand même parler du découpage en paquets de l'info (mais même dès le début de la numérisation) et des transmissions avec et dans fil. Cela demande sûrement une liaison étroite avec des cours de technologie.

Réponse d'Alain (23 septembre 2008): Oui je parle bien du cours en 10 leçons. Pour le HW, mon idée était de présenter les principes généraux de l'architecture des ordinateurs. C'est délicat car certains éléments fondamentaux sont en train de changer, par exemple certains ordinateurs n'ont plus de disque dur, remplaçé par de la mémoire flash. Ce qui me paraît plus important c'est l'architecture des processeurs. Ca peut (en fait, ça doit) être rattaché à la leçon sur ce qui est calculable (leçon décision). Concernant les multi-coeurs, DSP et processeurs embarqués, c'est juste pour compléter le panorama. Je suis d'accord que cela n'est pas l'important. Concernant les réseaux, je suis d'accord, l'important est le découpage en paquet. Je rebondis sur le lien avec les cours de technologie pour pour donner le pointeur vers le site officiel du Ministère et vers le fichier pdf du programme officiel (je mets ces pointeurs également sur la page des ressources).

  • Concernant les programmes et la question "comment moduler les sujets selon collège / lycée (ou plus tôt), seconde, première, terminale",

il faut aussi se poser la question en fonction des filières: scientifique, littéraire, économique et sociale, gestion, technologie (la classe de seconde restant généraliste). Sans oublier les filières des bacs professionnels.

GerardBerry 22 septembre 2008 à 10:18 (UTC): exact

  • Concernant la question "comment rendre les cours intéressants et pertinents pour les élèves, donc les relier avec le monde qu'ils connaissent",

aujourd'hui les élèves ont tous des consoles de jeux qui sont des bons exemples d'ordinateurs, et des téléphones portables qui sont des bons exemples de systèmes embarqués. L'univers de Second Life est un autre excellent exemple de support de programmation. Il est encore plus intéressant de relier les deux ! Par exemple, avec des étudiants de l'Université d'Auckland, nous avons programmé un jeu de duel style Harry Potter (reconnaissance de mouvements 3D réalisés avec la wiimote), capturés grâce à un driver Bluetooth sur un PC, et interprétés comme des sorts qui sont ensuite exécutés dans Second Life.

GerardBerry 22 septembre 2008 à 10:18 (UTC): intéressant, c'était avec des élèves de quel âge?

Réponse d'Alain (23 septembre 2008): Avec des étudiants en 4ème année d'informatique à l'université. Donc pas du tout des élèves de lycée, mais toutes les maths utilisées étaient du niveau lycée, et la programmation n'était pas non plus foudroyante. La programmation dans Second Life me semble être un support intéressant pour les élèves : beaucoup connaissent déjà, et le résultat est visible sur le web immédiatement.

Alain Girault