Portrait:Alan Turing : mi 20ème siècle : Notion de machine (au sens de la mécanisation des calculs)

De Sciencinfolycee
Révision datée du 13 janvier 2011 à 09:29 par JuliaSoyez (discussion | contributions) (Bibliographie)
Aller à : navigation, rechercher
Section Description
URL
Titre Alan Turing
Auteur(s)
Fonction(s)
Notes
Section Analyse
Langue
Résumé
Sélection(s) thématique(s)
Mots-clés normalisés
Proposition autres mots-clés portrait
Type documentaire
Typologie Générale
Date de publication
Structure du document
Niveau d'agrégation
Exigences techniques
Section Pédagogie
Type pédagogique
Public cible
Utilisation pédagogique
Section Droits
Droits du document
Section processus de validation (workflow)
Intervenants par Julia
Statut du workflow

Signaler cette ressource. Si ce lien de signalement ne fonctionne pas (ouverture intempestive d'un mailer alors que vous utilisez un webmail) c'est qu'il vous manque l'extension idoine dans votre navigateur (par exemple l'extension send-mail pour firefox); c'est une bonne occasion de l'installer.

Alan Turing

Bibliographie

Alan Mathison Turing est né à Paddington le 23 juin 1912. Il est le fils de Julius Mathison Turing, fonctionnaire britannique muté aux Indes et de Ethel Sarah Turing qui l'accompagna dans ses fonctions. Très jeune, Alan Turing est confié à des amis de ses parents, il resta en Grande-Bretagne. Il alla à l'école St. Michael's, à laquelle l'avaient inscrits ses parents. Alan Turing est un élève sportif, passionné de mathématiques et de sciences et éprouvant peu d'intérêt pour les matières littéraires, ce qui lui sera d'ailleurs reproché par ses professeurs.
En 1931, Alan Turing entra au King's College de Cambridge. Au cours de ses études, il eut pour professeurs Godfrey Harold Hardy, brillant mathématicien travaillant sur la théorie analytique des nombres ainsi que Arthur Eddington, astrophysicien réputé pour ses travaux sur la théorie de la relativité ainsi que Max Neuman qui l'introduisit au problème de la décision d'Hilbert. Par ailleurs, il s'intéressa aussi aux travaux de Von Neumann sur la mécanique quantique.
En 1935, il fut nommé enseignant-chercheur puis entrepris une thèse à Princeton sur le concept de décidabilité en mathématiques à partir des travaux de David Hilbert, c'est à dire sur la question de la calculabilité. Durant cette période, il écrivit son article On Computable Numbers, with an Application to the Entscheidungsproblem dans lequel il fit naître le concept de machine universelle aussi appelée machine de Turing, une machine abstraite composée d'une tête de lecture/écriture avec un ruban, en entrée elle traite les valeurs "0" et "1" sur laquelle elle effectue des changements d'état qui seront affiché sur le ruban. Le ruban peut avancer ou reculer seulement de 1 case de gauche à droite ou de droite à gauche ou rester sur place à compléter + lien article Interstices machines universelles.
La seconde guerre mondiale interrompit son doctorat, il intégra le MF5 au Bletchley Park dans le service de déchiffrement d'Enigma.


Il décèda le 7 juin 1954 à l'âge de 42 ans à la suite d'un empoisonnement au cyanure après croqué une pomme.

Ressources en ligne

Postcast

Vidéo

Images

Sources

Pour en savoir plus (en anglais)

La notion de machine

Sources